Tout savoir sur le crédit-pont

Envie de bâtir ou d’acheter une nouvelle maison, mais votre ancienne habitation n’a pas encore trouvé preneur ? Un crédit-pont est le prêt idéal pour concrétiser ce projet. En effet, il est spécialement conçu pour faire face à la période difficile séparant l’achat à la vente d’une propriété immobilière. Cet article met en avant la définition et le fonctionnement du crédit-pont.

La description du crédit-pont

Dans un crédit-pont, un établissement bancaire avance l’argent que l’emprunteur recevrait à la vente de son bien. De cette manière, il aura les moyens de financer l’achat, ou la construction d’une nouvelle maison. Concernant la durée du crédit-pont, elle est très courte allant de quelques mois à deux ans au maximum. L’un des avantages de ce crédit est que l’emprunteur ne paie qu’à la fin de ladite période. Par conséquent, il ne rembourse pas le capital entre-temps, comme dans le cas d’un prêt hypothécaire classique, mais il rembourse en général les intérêts mensuels du capital.

Le crédit-pont ne pouvait pas tomber mieux que pendant la construction, ou l’achat d’une maison, tandis que la vente du logement actuel n’est pas encore réalisée. Ainsi, l’argent obtenu par la vente de la maison actuelle, qu’il faut employer pour financer la nouvelle maison, n’est malheureusement pas encore disponible. C’est là que le crédit-pont entre en jeu ! Pour ce faire, l’établissement bancaire avant la somme que l’emprunteur pourrait recevoir de la vente, en fonction de la valeur estimative du bien.

À propos du montant empruntable dans le cas d’un crédit-pont, il varie d’un établissement à un autre. En effet, étant donné que le prix de vente exact du bien reste incertain, le bénéfice lié à cette vente est hypothétique. Ainsi, l’idéal est de baser le crédit sur un prix de vente assez bas, comparé au prix demandé. D’ailleurs, c’est la méthode utilisée par les organismes de crédit pour calculer la somme du crédit-pont. En plus de la valeur estimée de la propriété immobilière, assurances-zebiere.be prend également compte de la capacité financière de l’emprunteur.

Le fonctionnement d’un crédit-pont

Pour apprendre davantage sur le crédit-pont, rien de mieux que l’étude d’un cas pratique. Prenons le cas d’une famille souhaitant vendre leur maison familiale pour une valeur de 250 000 €, mais jusqu’à maintenant, elle n’a pas encore trouvé preneur. Une fois la vente réalisée, le montant de la vente sera divisé en deux : 100 000 € de bénéfice et 150 000 € à payer. Ce dernier paiera le solde de l’emprunt en cours, la mainlevée sur l’hypothèque, l’indemnité de replacement et les autres frais.

Quant à la nouvelle maison, elle coûte 300 000 €, avec les frais à payer compris. Mais, étant donné que l’habitation actuelle n’est pas encore vendue, la famille ne peut pas toucher la bénéficie de revente de 100 000 €. Pour faire face à cet intervalle de temps, l’idéal est qu’elle contracte un crédit-pont d’une valeur de 100 000 €. Après la vente de l’ancienne maison et la signature devant le notaire, la famille doit tout de suite rembourser le prix à partir du prix de vente de l’ancienne maison.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *